Logo prix européen de littérature

JAAN KAPLINSKI,
European Prize for Literature 2016

THE EUROPEAN PRIZE FOR LITERATURE 2016 is awarded to JAAN KAPLINSKI (ESTONIA), born in 1941 in Tartu, for the totality of his work as a poet, a novelist, a dramatist, a novelist and a writer of essays.

Jaan Kaplinski is the 11th Laureate since the creation of the European Prize for Literature in 2005. Previous recipients of the Prize are : 2005, ANTONIO GAMONEDA (Spain) • 2006, BO CARPELAN (Finland) • 2007, TADEUSZ RÓŻEWICZ (Poland) • 2008, TANKRED DORST (Germany) • 2009, KIKI DIMOULA (Greece) • 2010, TONY HARRISON (Great Britain) • 2011, DRAGO JANČAR (Slovenia) • 2012, VLADIMIR MAKANINE (Russia) • 2013, ERRI DE LUCA (Italy) • 2014, JON FOSSE (Norway) • 2016, JAAN KAPLINSKI (Estonia)

The idea of a European Prize for Literature is both simple and bold : to contribute to a better mutual understanding of the peoples of Europe through the iconic personalities of their contemporary culture, those who today like Victor Hugo in his time are a living symbol thereof. It is by putting a face on each European country, that of its most famous contemporary writer, that our countries will best be able to respect, and to understand each other.

Every year the European Prize for literature honours for the entire body of his, or her work a European writer of international stature, with the view to highlight in a highly symbolic venue the cultural importance of Europe. The award is based on criteria of quality and of exemplarity, which are as demanding as those for the Nobel Prize for Literature.

Jaan Kaplinki studied linguistics in Tartu University. He has worked as researcher in linguistics, sociologist, ecologist and translator from several languages into Estonian. Interested in Celtic mythology and languages, American Indians and classical Chinese philosophy and poetry.

During the perestroika and Estonian national revival he was active as journalist both at home and abroad. 1992 - 1995 deputy of the Estonian Parliament (Riigikogu). He has lectured on history of Western civilization in Tartu University. Published several books of poetry and essays in Estonian, Finnish and English. Has been translated also into Norwegian, Swedish, Latvian, Russian and Czech.

Influenced by Western modernism (Rimbaud, Eliot, Pound) and classical Chinese poetry he has also translated, mainly poetry from French, English, Spanish, Chinese and Swedish (a volume of poems by Tomas Tranströmer). Travelled in many countries, including China, Turkey and parts of Russia. Member of several learned societies and the Universal Academy of Cultures headed by Elie Wiesel.

GEORGES-DANIEL ARNOLD, traduit par ROGER SIFFER,
prix Nathan Katz 2016

LE PRIX NATHAN KATZ DU PATRIMOINE 2016 distingue l’œuvre de GEORGES-DANIEL ARNOLD (1780-1829), auteur du texte fondateur de la littérature de langue alsacienne, Le Lundi de Pentecôte (Der Pfingstmontag), à l’occasion du 200e anniversaire de sa parution en 1816. « C’est à bien des égards, écrivait Goethe, que cette pièce est à recommander […]. Elle mérite bien que nous continuions à nous en occuper pour contribuer à sa diffusion à venir. » Le texte original en dialecte alsacien a été numérisé dans le cadre de la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Sa référence sur le site GALLICA est la suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bp...

La Bourse de Traduction du Prix est attribuée à ROGER SIFFER, comédien, directeur du Théâtre de la Choucrouterie et infatigable défenseur, à la suite de Germain Muller, du cabaret et de la culture d’Alsace.

Le Prix Nathan Katz est décerné chaque année dans les salons du restaurant Chez Yvonne, à Strasbourg, pour distinguer une œuvre du patrimoine littéraire alsacien, du moyen âge à nos jours, écrite en dialecte ou en allemand, afin de témoigner de la richesse exceptionnelle d’une culture profondément marquée par le dialogue des langues et des cultures. La Bourse de Traduction est remise à un traducteur qui contribue par ses recherches à faire découvrir cette œuvre en français.

Le Jury du Prix Nathan Katz est placé sous la responsabilité de l’Association EUROBABEL, aux côtés du Prix Européen de Littérature et du Prix Jean Arp de Littérature Francophone.

La liste des Lauréats du Prix Nathan Katz depuis sa création en 2004 s’établit comme suit : 2004 : JEAN HANS ARP (1886-1966), traduit par Aimée Bleikasten • 2005 : ALBERT ET ADOLPHE MATTHIS (1874-1930/1944), trad. par Gaston Jung • 2006 : ALFRED KERN (1919-2001) , trad. par Jean-François Eynard • 2007 : JEAN GEILER DE KAYSERSBERG (1446-1510), trad. par Christiane Koch • 2008 : GUSTAVE STOSKOPF (1869-1944), trad. par Noctuel • 2009 : RENÉ SCHICKELE (1883-1940), trad. par I. Kuhn et M. Staiber • 2010 : RULMAN MERSWIN (1307-1382) et L’AMI DE DIEU DE L’OBERLAND (milieu du XIVe s.), trad. par J. Moncelon et É. Bouchery • 2011 : JÖRG WICKRAM (v. 1505-v. 1562), trad. par Catherine Fouquet • 2012 : ÉMILE STORCK (1899-1973), trad. par le Cercle Émile Storck • 2013 : ERNST STADLER (1883-1914), trad. par Philippe Abry • 2015 : ALBERT SCHWEITZER (1875-1965), trad. par Jean-Paul SORG • 2015 : GEORGES-DANIEL ARNOLD (1780-1829), trad. par Roger SIFFER.

PETR KRÁL, Prix Jean Arp 2016
pour l’ensemble de son œuvre

LE PRIX JEAN ARP DE LITTÉRATURE FRANCOPHONE 2016 est attribué à PETR KRÁL (République Tchèque), né à Prague en 1942, arrivé en France en 1968, écrivain de langue tchèque et de langue française, pour l’ensemble d’une œuvre multiforme, des poèmes aux récits, des essais aux notes de journal, qui, par-delà les frontières et les cultures, définit un espace ironiquement métaphysique et étrangement quotidien, entre l’émerveillement et le burlesque.

Parrainé par l’Université de Strasbourg, le Prix Jean Arp de Littérature Francophone est décerné chaque année dans les salons du restaurant Chez Yvonne, à Strasbourg, à un écrivain de langue française dont le travail est particulièrement remarquable par l’originalité et la qualité de son écriture comme par la force de sa vision. Le Prix se fixe pour but de promouvoir la diversité de la création littéraire de langue française, face au rouleau compresseur de la marchandisation du livre et de la mondialisation de l’édition.

Le Jury du Prix Jean Arp est placé sous la responsabilité de l’Association EUROBABEL, aux côtés du Prix Européen de Littérature et du Prix Nathan Katz du Patrimoine.

La liste des Lauréats du Prix Jean Arp de Littérature Francophone depuis sa création en 2004 est la suivante : 2004 : JEAN MAMBRINO (France) • 2005 : HENRI MESCHONNIC (France) • 2006 : MARCEL MOREAU (Belgique) • 2007 : BERNARD VARGAFTIG (France) • 2008 : ANISE KOLTZ (Luxembourg) • 2009 : PIERRE DHAINAUT (France) • 2010 : DENISE DESAUTELS (Québec) • 2011 : VALÈRE NOVARINA (France-Suisse) • 2012 : SILVIA BARON SUPERVIELLE (France-Argentine) • 2013 : MARCEL COHEN (France) • 2015 : JACQUES ABEILLE (France) • 2016 : PETR KRÁL (République Tchèque)

Un dictionnaire amoureux de l’Alsace

LE LUNDI DE PENTECÔTE, de G.-D. ARNOLD remplissait GOETHE d’admiration : « Qu’on nous pardonne, écrit-il comme pour justifier son enthousiasme, le préjugé et la prédilection que nous avons pour cette œuvre, et un plaisir qui est influencé peut-être par le souvenir. » Car la pièce se passe à Strasbourg en 1789, et Goethe, est-il besoin de le rappeler, est venu étudier le droit à l’université de Strasbourg d’avril 1770 à août 1771, séjour durant lequel il a eu la fameuse idylle avec Frédérique Brion.

Georges-Daniel Arnold est né en 1780 à Strasbourg. En 1794, il décide, à moins de 15 ans, de commencer des études de droit à l’université de Strasbourg et adhère aux idées révolutionnaires. Il est nommé en 1806 professeur à Coblence. Rentré en Alsace en 1809 à la suite de son ami Lezay-Marnésia, il est nommé professeur d’histoire à la Faculté de Lettres, puis professeur à la Faculté de Droit de Strasbourg.

Homme de culture parfaitement trilingue, Arnold publie des « Notices sur les poètes alsaciens », ainsi que des poèmes en allemand. Pendant de longues années, il a pris l’habitude, lors de réunions d’amis comme d’entretiens familiers, de sortir de son portefeuille des bouts de papier où il note expressions, dictons, jurons et tournures propres au parler strasbourgeois. À ceux qui lui demandent : « Que voulez-vous faire de cela ? », il répond : « Vous verrez bien un jour ! »

Son chef-d’œuvre théâtral Der Pfingstmontag (Le Lundi de Pentecôte) paraît en 1816 : à la fois trésor de la langue alsacienne, foisonnante galerie de personnages hauts en couleurs et surtout magnifique déclaration d’amour à l’Alsace, cette savoureuse comédie inaugure avec éclat la littérature alsacienne. Avec cette pièce, Arnold accède d’un coup à une véritable reconnaissance littéraire. Le texte est plusieurs fois réédité, en Alsace et en Allemagne, avec des dessins du peintre Théophile Schuler. Goethe salue la pièce dans un long article enthousiaste.

Arnold se marie à Ribeauvillé en 1823. Il meurt subitement le jour de son 49e anniversaire, le 18 février 1829, à Strasbourg. Grâce à une souscription publique, un monument a été érigé au cimetière Saint-Gall où il est inhumé.

ROGER SIFFER, traducteur du "Pfingstmontag"

ROGER SIFFER a relevé le défi de traduire le PFINGSTMONTAG. Militant infatigable du cabaret et de la culture d’Alsace, qui d’autre mieux que lui aurait pu, à l’occasion des 200 ans de sa parution, se colleter avec l’œuvre monumentale de Georges-Daniel Arnold, véritable trésor des parlers d’Alsace mais aussi truculent et ironique hommage à sa manière d’être ? Avec l’appui de sa compagne Susanne Mayer et de Dominique Huck, l’éminent dialectologue de l’université de Strasbourg, c’est chose faite et l’ouvrage paraîtra en mars 2016.

Roger Siffer est né en 1948 à Villé (Bas-Rhin). Après des études de philosophie, il fait ses débuts en chantant en dialecte alsacien. Il collecte des chansons traditionnelles et se fait accompagner sur scène par des instruments anciens. Peu désireux de devenir « un musée ambulant » du folklore, il s’oriente vers la chanson engagée. Mais il aime trop l’humour et la satire pour ne pas redouter que la militance, à son tour, l’enferme dans un rôle de « missionnaire en chaussettes blanches ».

Collaborant durant deux années avec Germain Muller au Barabli, il trouve dans le cabaret un espace privilégié pour sa liberté d’esprit et son humeur sarcastique. Avec une bande d’amis, il crée en 1984 le Théâtre de La Choucrouterie dont les deux salles accueillent chaque année pus de 20000 spectateurs. Roger Siffer s’est engagé en 2013 pour la reconnaissance du cabaret alsacien par l’Unesco comme Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité, à l’instar du fest noz breton.

Outre les disques, il a publié plusieurs livres, parmi lesquels on citera Morceaux choisis (Nuée Bleue, 1998) et Quand la choucroute rit… toute l’Alsace applaudit ! (La Nuée Bleue, 2003).

JACQUES ABEILLE, Prix Jean Arp 2015
pour l’ensemble de son œuvre

Le Prix Jean Arp de Littérature Francophone 2015 est attribué à JACQUES ABEILLE (France), né en 1942, pour l’ensemble d’une œuvre dont l’écriture empreinte d’une élégance toute classique se conjugue avec une imagination ouverte aux diverses formes de l’étrange et du fantastique pour susciter une profonde réflexion sur l’homme et sur la société.

La cérémonie de remise du Prix aura lieu au Collège Doctoral de l’Université de Strasbourg le jeudi 16 avril 2015 à 12 h. Une lecture-rencontre sera organisée à la librairie Kléber, à Strasbourg, le vendredi 17 avril 2015 à 17 h.

À l’occasion de la remise du Prix Jean Arp à Jacques Abeille, trois ouvrages sont publiés : Petites proses plus ou moins brisées (Arfuyen), Le Veilleur du jour, réédition du deuxième volume du Cycle des contrées (éd. Le Tripode) et Fin de carrière (éd. In8).

Parrainé par l’Université de Strasbourg, le Prix Jean Arp de Littérature Francophone est décerné chaque année dans les salons du restaurant Chez Yvonne, à Strasbourg, à un écrivain de langue française dont le travail est particulièrement remarquable par l’originalité et la qualité de son écriture comme par la force de sa vision. Le Prix se fixe pour but de promouvoir la diversité de la création littéraire de langue française, face au rouleau compresseur de la marchandisation du livre et de la mondialisation de l’édition.

Le Jury du Prix Jean Arp est placé sous la responsabilité de l’Association EUROBABEL, aux côtés du Prix Européen de Littérature, du Prix Nathan Katz du Patrimoine et du Prix Nelly Sachs, prix associé.

La liste des Lauréats du Prix Jean Arp de Littérature Francophone, depuis sa création en 2004, est la suivante : 2004 : JEAN MAMBRINO (France) • 2005 : HENRI MESCHONNIC (France) • 2006 : MARCEL MOREAU (Belgique) • 2007 : BERNARD VARGAFTIG (France) • 2008 : ANISE KOLTZ (Luxembourg) • 2009 : PIERRE DHAINAUT (France) • 2010 : DENISE DESAUTELS (Québec) • 2011 : VALÈRE NOVARINA (France-Suisse) • 2012 : SILVIA BARON SUPERVIELLE (France-Argentine) • 2013 : MARCEL COHEN (France).