PRIX EUROPÉEN DE LITTÉRATURE - EUROPEAN PRIZE FOR LITERATURE - EUROPAISCHER LITERATURPREIS

Accueil > ACTUALITÉS > MARCEL COHEN, lauréat 2013 du Prix Jean Arp de Littérature Francophone

MARCEL COHEN, lauréat 2013 du Prix Jean Arp de Littérature Francophone

mercredi 11 juin 2014

  Le PRIX JEAN ARP DE LITTÉRATURE FRANCOPHONE 2013 est attribué à MARCEL COHEN, né en 1937 à Asnières d’une famille d’origine judéo-espagnole établie en Turquie au XVe siècle, pour l’ensemble d’une œuvre inclassable par sa forme échappant à la narration, à l’essai comme à la poésie et éminemment classique par sa sobriété et son élégance.
 La remise du Prix aura lieu au Collège Doctoral Européen à Strasbourg le jeudi 20 mars 2014 dans le cadre de TRADUIRE l’EUROPE - 9es Rencontres Européennes de Littérature, manifestation organisée par l’Association Capitale Européenne des Littératures (EUROBABEL), la Ville et la Communauté urbaine de Strasbourg et l’Université de Strasbourg.
 À l’occasion de la remise du Prix Jean Arp de Littérature Francophone à Marcel Cohen le 22 mars 2014, un ensemble de textes en prose (récits, réflexions et entretien) sera publié aux Éditions Arfuyen, partenaires des Grands Prix Littéraires de Strasbourg, sous le titre L’Homme qui n’aimait pas les livres
 Marcel Cohen est né en 1937 à Asnières dans une famille originaire de Turquie et qui, à la maison, parlait encore le judéo-espagnol de ses ancêtres chassés d’Espagne au XVe siècle. « Enfant caché » pendant la guerre, selon l’expression consacrée, il est au nombre des Juifs qui ont vu toute leur famille proche disparaître dans les camps. Dès le lycée, il parcourt l’Europe en auto-stop, notamment grâce à une bourse de la Fondation Zellidja. Après des études d’art et de journalisme, il part seul et presque sans argent vers l’Inde, toujours en auto-stop, attiré par ses confins himalayens et assamais. Journaliste, il est envoyé spécial en Afrique du Nord, en Amérique Latine, au Moyen-Orient et aux USA, où il séjourne comme boursier d’une université du Middle West et correspondant d’un quotidien parisien.
 Depuis une vingtaine d’années, il voyage avec sa femme, pendant les vacances, sur les porte-conteneurs qui sillonnent les océans, transportant à peu près tout ce que nous consommons, des ordinateurs aux régimes de bananes. Parce que les grands ports, les navires qui y relâchent et les immenses zones de non-droit que constituent les océans sont le théâtre d’une guerre économique à outrance, il a l’impression de voir se lever là un ultime voile. Il a consigné ces expériences de la mer dans plusieurs textes de sa trilogie Faits, publiée entre 2002 et 2010 chez Gallimard ainsi que dans un petit livre très documenté intitulé À des années-lumière (Fario).
 Dans Sur la scène intérieure (Gallimard), il a consigné par ailleurs tout ce dont il se souvient et tout ce qu’il a pu apprendre sur sa famille, disparue dans les camps en 1943 et 1944. Marcel Cohen a beaucoup écrit sur l’art contemporain pour des revues, des galeries, des musées, des centres d’art. Ses textes sur Antonio Saura ont été réunis sous le titre Quelques faces visibles du silence par les éditions L’Échoppe (2000).